Parole de déco

Publié le par beauty-full.over-blog.com

Tout se démocratise aujourd'hui! Avec l'avènement d'Internet et l'offre abondante de chaînes TV et de programmes, on finit par croire que tout est à la portée de tous. Et oui! Après quelques recherches bien préparées, on est à même, en théorie, de bien cuisiner, bricoler, éduquer, peindre, dessiner, voyager, plonger, aimer, escalader, et bien sûr... décorer!

 

Mais qu'en est-il vraiment de la déco? Des magazines en abondance ("Tendance Déco", "Marie Claire Maison", etc.), des émissions hebdomadaires ("D&Co", bien sûr, mais aussi "Question maison", "Silence, ça pousse!", "Dolce Vita" et j'en passe), des articles paraissant régulièrement dans les quotidiens, donc la déco est à portée de tous, vraiment?

 

Point de vue d'une professionnelle de la déco, Marianne Jaquet, fondatrice de Nectar Design.

  logoND

 

La déco, phénomène de mode facilement appropriable, ou le professionnel reste-t-il fondamental?

Phénomène de mode oui mais  le professionnel reste incontournable en cas de rature! Je pense que oui, facilement appropriable, il ne faut pas avoir peur de prendre le crayon et utiliser tous les outils à disposition, de s'essayer. Mais il faut bien conaître où on veut aller, ce qu'on veut faire. Le professionnel va amener les denières tendances, les derniers matériaux à la mode, visualisera plus rapidement le projet final que celui qui se lance. Le professionnel a le recul de la cause à effet, il peut anticiper et prévoir.

 

Est-ce qu'on va vers un affaiblissement de la profession ou au contraire, pour bien faire, les amateurs font volontiers appel à des professionnels?

Absolument! Le décorateur amateur va rester actif dans sa sphère privé mais en cas d'enjeux économiques plus importants, le professionnel reste une référence. J'ai actuellement un projet de stand, typiquement le client veut s'assurer d'un bon résultat dès le moment où il investit de l'argent. Le décorateur reste une valeur sûre, tel la vitrine d'un magasin ayant pignon sur rue! Il y a un concret immédiatement reconnaissable. 

 

On l'oublie souvent, mais la décoration ce ne sont pas seulement des cadres et des fleurs posés ça et là, des meubles qu'on repeint ou des objets design maladroitement acquis. Il y a une véritable réflexion de l'espace et du lieu en amont. Difficile de faire passer ce message?

DSCN0031-2Oui!! Par rapport aux clients, il faut jouer entre leurs objets "émotionnels" et leur emplacement réel dans l'ergonomie de tous les jours.  Il y a toujours une histoire dans le mobilier des clients. Tout est question d'équilibre, de compréhension et de respect, de savoir adapter la taille des objets dans l'espace, un petit tableau sur un grand mur aura moins d'effet que l'inverse...  Quand on explique la démarche en respectant l'émotion du client, souvent l'idée passe mais ce n'est pas toujours le cas.
 

Comment définir la profession de décorateur?

Mmmh... Savoir jouer de ses idées, ne pas avoir peur de surmonter les difficultés, de mettre la main au tourne-vis, marteau, pot de peinture, etc. Avec un brin de folie toujours présent, c'est le petit plu qui fait vribrer le décorateur dans son métier, tout en gardant à l'esprit l'object imparti.

 

Quel est ton parcours? La décoration, une évidence, un choix?

Tout a commencé par un choix et ça s'est terminé par une évidence! La décoration regroupe la création, l'expression de ses idées, les moyens de les réaliser, la persévérance, la relève de challenges permanents. Elle permet de se sentir vivre par le dépassement de soi face à chaque nouveau mandat et fier à l'aboutissement du travail.
 

Qu'est-ce qui te motive?

Shop IntriguePartir d'un briefing, d'un mot, et après le stress de la "page blanche", réussir à le dépasser et jongler entre réalisations concrètes et idées farfelues! Être amenée à découvrir des corps de métiers, des nouvelles personnes, aussi. Tout cela fait qu'on se réalise soi-même, on se sent vivant et on vibre à chaque mandat.


 Obligé de se diversifier, de n'être pas que "décorateur"? Ou au contraire, est-ce qu'il  vaut mieux se spécialiser et devenir une référence?

Il est nécessaire de connaître ce qui se fait, les matériaux, les dernières technologies. Un décorateur reste le superviseur du projet global mais il est amené à connaître les rudiments de l'électicité, de la peinture, etc... Donc feuilleter les magazines est primordial pour être à l'affût des tendances.

 

Quels sont les profils de clients qui font appel à tes services?

Professionnels et privés, je réponds à toutes demandes. Un responsable de bureau qui veut revoir sa déco en se déchargeant de ce travail, ou des personnes qui souhaitent obtenir un autre flux d'idées que ce qu'elles peuvent amener elles-mêmes. Faire appel à un décorateur, c'est ouvrir son esprit à de nouvelles idées et au partage. 

  

Comment défendre sa propre idéé du beau? Facile à faire passer?

DSCN0029Difficile... Le beau, chacun pense l'avoir mais je défends le côté du beau en expliquant le pourquoi du comment même si cela reste subjectif. J'ai mon sens du beau mais je vais suivre le sens du beau du client tout en lui expliquant le bon rapport gout-fonctionnalité-harmonie.En écoutant les désirs de la personne, on va déjà un peu dans son sens du beau.

 

Quelle est ta définition du beau?

C'est tout un équilibre entr émotion-relation-harmonie. On peut trouver beau autant un décor africain ou scandinave du moment que l'harmonie est présente. 

 

Tu dois voir et entendre de tout... Pas facile de se retenir de  "l'horreur, c'est vraiment trop moche" ?

Quand le mandat est terminé et qu'on constate les touches personnelles du client, le choc est parfois brutal... Le "je me suis permis de " reste une crainte pour les yeux...

 

Toi en deux mots?

Pointilleuse et bonne vivante.

 

La décoration en deux mots?

Mise en scène pour le paraître ou le concret.


Des belles rencontres à chaque fois?

Oui, en tout cas de riches rencontres humaines.

 

Un plaisir à chaque mandat?

Quand tout ce passe bien oui! C'est vrai que quand je vois ces émissions où on met en scène des décorateurs qui ont carte blanche et où le client semble entièrement apprécier le résultat, cela me fait un peu rigoler car ce n'est pas toujours le cas dans la réalité. Les goûts et les couleurs restent très personnels et parfois cela fourvoit un peu la réalité du métier.

 

Le mandat le plus jouissif?

24721 387945848406 6460713406 3777513 6311799 nCarte blanche et gros budjet! (Rire!) Surtout une belle éthique et des belles valeurs. Être à la base d'un projet qui sera reconnu par après est de toute façon jouissif. Parfois aussi, le fait d'être mandatée à poursuivre l'image existante et véhiculée par de gros budgets, est très existant. Par exemple, je travaille actuellement sur des planches de présentation destinées à des soirées privées à l'occasion de la sortie du film Sex and The City 2.


Le plus fou?

Petit budget, grand effet ! Plus sérieusement, ce qui est fou c'est d'arriver à remplir toutes les cases entre budget-originalité-temps. L'aménagement de mon propre intérieur reste mon défi le plus audacieux, je le vois tous les jours!

 

Celui "parce qu'il faut bien manger"?

Quand l'objet à mettre en scène ne m'inspire pas, mais pas du tout... Tel une vitrine de croque-mort! (Rire!)

 

Le mandat de rêve?

Décoratrice en chef à "Wisteria Lane"... (Rire!)

 

Qu'est-ce qu'on peut te souhaiter?

Que l'inspiration ne me lâche jamais et que ce métier me fasse toujours vibrer! Relever toujours de nouveaux défis et vibrer avec eux!

 

 

Nectar Design 

www.nectardesign.ch

marinne@nectardesign.ch

Rte de Montéliza 88 

1806 St-Légier

076 319 01 89 
 

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article